Même s’ils ont pu lire certains articles de presse, suivre des émissions télévisées, la plupart des parents ne se sont pas sentis concernés. Maintenant, ils le sont, directement. Mal, sinon pas du tout préparés à la révélation de l’homosexualité de leur fils ou de leur fille, quantité de questions s’imposent à eux. Comme la plupart des parents placés dans la même situation, ils sont bien obligés maintenant de constater le flou de leurs connaissances et la nécessité de chercher de nouvelles clartés.

L’homosexualité est-elle une maladie, une fatalité ?
Y a-t-il une explication à l’homosexualité ?
Aurions-nous dû prévoir son orientation sexuelle ? la prévenir ?
Qu’avons-nous fait de faux ?
Qu’est-ce qui aurait pu l’aider à « tourner autrement » ?
Que peut-on faire maintenant ?
L’homosexualité est-elle réversible ?
A quel âge a-t-il ou a-t-elle pris conscience de son homosexualité ?
Comment se fait-il que nous n’ayons rien vu venir ?
Qu’en sera-t-il de son avenir professionnel ?
Sera-t-elle ou sera-t-il condamné sa vie durant au mensonge, à la clandestinité ?
Et les risques du SIDA ?
Quels risques y a-t-il à fréquenter les milieux homosexuels ?
Que vont penser ses proches, ses collègues, la famille ?
Comment réagira-t-elle ou il aux agressions homophobes ?
Quelle attitude adopter face aux remarques désobligeantes ?
Comment accueillir en famille une amie ou un ami ?
Ne sera-t-il pas ou ne sera-t-elle pas condamné-e à la solitude, à la marginalité ?

A toutes ces questions, et bien d’autres encore, il n’y a souvent pas de réponse toute faite. Certaines tournent longtemps en boucle dans nos têtes. Bien sûr, il y a des livres, des témoignages. Il y a internet. Mais, pour dissiper bien des malentendus, démarquer le vrai du faux, démasquer les préjugés, c’est en discutant, en partageant ses doutes que l’on arrive le mieux à clarifier les questions que l’on se pose.

Mais encore, à qui s’adresser ? Et pourquoi pas à Parents d’homos… ?